Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Les activités et les facteurs qui favorisent l’engagement musical de jeunes musiciens suivant des leçons d’instrument dans différents contextes extrascolaires d’apprentissage.

Résumé du projet :

Ce projet vise à mieux comprendre ce qui motive les jeunes d’aujourd’hui à s’engager et à persister dans des activités musicales extrascolaires, de même qu’à vérifier si le contexte d’apprentissage formel dans lequel ils évoluent favorise positivement leur engagement musical.

Problème :

Bien qu’on reconnaisse l’importance de l’engagement des jeunes sur le plan éducatif, ce concept demeure relativement sous-représenté et mal défini dans la littérature spécialisée (Martin, 2007). L’état actuel des connaissances ne permet pas, pour l’instant, de soutenir adéquatement le travail pédagogique des professeurs d’instrument exerçant en extrascolaire. La majorité des études disponibles ont été effectuées auprès d’élèves étudiant la musique dans un cadre scolaire, très différent du contexte extrascolaire. Il faut s’intéresser davantage aux populations d’élèves rattachées au contexte extrascolaire si l’on souhaite mieux comprendre les différents facteurs pouvant influencer positivement leur engagement musical et être en mesure, ensuite, de les intégrer à l’acte pédagogique du professeur d’instrument.

 De plus, il s’avère essentiel d’explorer les différentes conditions et les divers contextes qui favorisent, soutiennent et améliorent l’engagement musical des jeunes, afin d’être en mesure de les mettre en relation avec les obstacles ou les contraintes que les élèves rencontrent sur ce plan. Les jeunes musiciens d’aujourd’hui sont de plus en plus influencés par les technologies numériques (Després et Dubé, 2012), et cette réalité contemporaine a pour effet de modifier substantiellement leur base de connaissances.

 L’hypothèse que nous voudrions vérifier dans le cadre de cette étude est la suivante : est-ce que la rigidité formelle et traditionnelle des apprentissages qu’on propose dans la plupart des programmes extrascolaires de formation musicale entre en contradiction avec les valeurs musicales des jeunes d’aujourd’hui qui vivent à l’ère du numérique?

 Cadre théorique

L’approche théorique que nous avons retenue repose sur un entrecroisement théorique de nature multidisciplinaire qui tient compte autant du milieu culturel écologique des jeunes, des variations pouvant exister dans les modes d’engagement musical, que des expériences personnelles, sociales et scolaires des jeunes à propos des diverses activités musicales qu’ils pratiquent. Notre approche repose donc sur une sphère d’activités que l’on trouve dans la plupart des systèmes théoriques basés sur une approche écologique (Bronfenbrenner, 1986; Spencer, 1999).

Objectifs principaux :

Cette étude vise à :

  1. Identifier les activités et les facteurs favorisant l’engagement musical de jeunes instrumentistes âgés de 8 à 16 ans prenant des leçons extrascolaires d’instrument de musique en individuel ou en collectif (2 individus ou plus);
  2. Comparer ces activités et facteurs d’après trois contextes extrascolaires d’apprentissage musical différents (alternatif, traditionnel, mixte) dans le but de vérifier si certains contextes favorisent davantage leur engagement musical que d’autres.

Méthode

Notre approche épistémologique repose sur un cadre d’analyse phénoménologique interprétative (Smith et al., 2009) et sur une position méthodologique réflexive critique (Alvesson et Sköldberg, 2009).

Nous recruterons des jeunes âgés de 8 à 16 ans prenant des leçons extrascolaires dans une école de musique correspondant à un des trois contextes d’apprentissage (alternatif, traditionnel ou mixte). Ces jeunes devront prendre des leçons d’instruments depuis au moins 6 mois dans l’un de ces trois contextes. Dans la mesure du possible, nous aimerions recruter environ 40 jeunes pour chacun des trois contextes d’apprentissage retenus.

 La récolte des données s’effectuera par le biais d’une interview qui durera, selon la rapidité du jeune, de 30 à 45 minutes. Nous débuterons cette entrevue par des questions de nature démographique et biographique (5 minutes). Ensuite, le participant sera invité à répondre verbalement aux questions que l’on retrouve dans le document Protocole d’entrevue (10 à 20 minutes) et à celles que l’on retrouve dans notre questionnaire (15 à 20 minutes).

 Résultats

Financement

Chercheur principal :

DUBÉ, Francis

 Cochercheure :

O’NEILL, Susan, Canada

 Assistants de recherche :

DAIGLE, Véronique