Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

L’état de l’enseignement de la dictée musicale dispensé aux enfants âgés de 6 à 12 ans en extrascolaire au Québec.

NOM et prénom :

Programme d’étude dans lequel il est réalisé :

  • Maîtrise en éducation musicale avec mémoire

Résumé du projet :

Problématique 

La formation auditive est reconnue comme une composante essentielle du développement musical (Rogers, 1984; Karpinski, 2000; Cleland et Dobrea-Grindahl, 2010). Plus qu’un entraînement de l’oreille, elle constitue un « entraînement de l’esprit » (Hedge, 1999). La dictée mélodique permet de développer des habiletés musicales essentielles telles que l’attention musicale, l’écoute sélective, la mémoire musicale à court terme, la compréhension musicale ainsi que la notation (Karpinski, 2000). Toutefois, elle est bien souvent la bête noire des étudiants, ces derniers la trouvant peu pertinente et étant, à moins d’avoir l’oreille absolue, anxieux qu’elle laisse transparaître des lacunes importantes dans leur savoir-faire musical (Covington, 1992).

Objectifs

Je souhaite par ce projet de recherche dresser un portrait de la dictée musicale telle qu’enseignée aux enfants de 6 à 12 ans en répondant aux questions de recherche suivantes : (1) les professeurs d’instrument qui enseignent en extrascolaire à des enfants de 6 à 12 ans incluent-ils la dictée musicale pendant leurs leçons? (2) Lorsqu’ils l’omettent, qu’est-ce qui motive ce choix? (3) Comment les professeurs d’instrument québécois enseignent-ils la dictée musicale? (4) Quels obstacles rencontrent-ils?

Méthode 

Nous adopterons une approche mixte (quantitative et qualitative). Pour répondre aux questions 1 et 2, nous inviterons les professeurs d’instrument enseignant à des enfants, inscrits ou non au sein de divers programmes d’écoles préparatoires du Québec à répondre à un sondage en ligne (réponses souhaitées : N=150). Pour les questions 3 et 4, nous enregistrerons sur vidéo les leçons de certains participants (N=15) lorsqu’ils enseignent une dictée à un élève, puis nous inviterons à visionner l’enregistrement effectué et à le commenter au chercheur (entrevue d’autoconfrontation : Falzon et Mollo, 2004) afin d’obtenir une meilleure compréhension des approches pédagogiques utilisées pour enseigner une dictée. Ces vidéos et entrevues feront l’objet d’une analyse de contenu (Muchielli, 2006) qui sera validée par un expert du domaine. Cette double approche permettra de dresser un portrait éclairé de l’état actuel de l’enseignement extrascolaire de la dictée musicale au Québec.

Contribution à l’avancement des connaissances 

Aux études supérieures, les professeurs font face au défi d’enseigner à des groupes au sein desquels les compétences de chacun sont disparates, puisqu’elles dépendent de l’expérience acquise avant les études postsecondaires (Everett, 1997). Les articles parus jusqu’à maintenant sur la dictée musicale (Potter, 1990 ; Hoppe, 1991 ; Covington, 1992 ; Gillespie, 1993 ; Code, 1997; Cruz de Menezes 2010 ; Anderman, 2011 ; Powell, 2013) et les ouvrages destinés aux enseignants (Rogers, 1984; Karpinski, 2000; Pratt, 2005; Cleland et Dobrea-Grindahl, 2010) concernent exclusivement les étudiants de niveau collégial ou universitaire. Or, une amélioration de la formation reçue avant l’entrée au collégial pourrait améliorer les performances des étudiants (Hess Jr.,1994; Hedge, 1999;Anderman, 2011; Powell, 2013). Il est clair que les enfants, particulièrement les plus jeunes, ne peuvent apprendre de la même façon que des adultes, et donc que les conclusions tirées des études susmentionnées sont peu applicables par ceux qui travaillent avec eux. De plus, une bonne partie de cette formation est habituellement dispensée en extrascolaire. Peu d’auteurs ont étudié la clientèle de ces cours, et aucun portrait de l’enseignement de la dictée dans ce contexte n’a été brossé. Mon projet permettra donc de mieux définir les besoins actuels des professeurs qui souhaiteraient inclure l’enseignement de la dictée ou qui souhaiteraient améliorer leur pratique.

Directeur et codirecteur(s) de recherche :

Financement :

CRSH : 17 500 $ (2015-2016)