Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Outil didactique pour renforcer l’acquisition, la rétention et la consolidation des savoirs essentiels chez le pianiste débutant à l’aide de la formation auditive, de l’improvisation et de la lecture à vue

Résumé du projet : 

Encore au 21e siècle, l’enseignement instrumental serait essentiellement centré sur l’intuition et l’expérience des professeurs (Dubé, 2007). Cette situation engendre de nombreuses conséquences. Par exemple, les méthodes de piano accessibles à ce jour sont rarement issues de l’avancement des connaissances dans le domaine de la pédagogie musicale. Contrairement au milieu scolaire, il n’existe pas de matériel pédagogique permettant à l’enseignant de travailler efficacement à l’intégration des savoirs essentiels, qui « constituent un répertoire de ressources indispensables au développement et à l’exercice de la compétence » (Programme de formation de l’école québécoise, 2001). Selon Gagné (1976), les principes fondamentaux de l’apprentissage correspondent à une séquence d’enseignement fondée sur les processus cognitifs du traitement de l’information, soit (1) l’acquisition, (2) la rétention et (3) le transfert. Pour les décrire brièvement, il s’agit pour l’élève (1) d’acquérir une base essentielle de l’apprentissage visé, (2) d’automatiser cet apprentissage et (3) de le réutiliser de manière autonome. Afin d’accéder à ce dernier niveau de maîtrise, l’élève doit consolider ses apprentissages, c’est-à-dire y revenir fréquemment et à travers des contextes variés. Ces visées cognitivistes sont tout à fait connexes au développement des compétences (Héroux, 2006).

Or, dans son état actuel, le matériel accessible n’est point conçu pour favoriser le transfert des connaissances apprises par l’élève d’un contexte d’apprentissage à un autre. Il est plutôt centré sur le développement des habiletés pianistiques, alors l’élève n’est pas invité à revoir les savoirs essentiels présentés dans les méthodes dans divers contextes musicaux. Il s’agit d’une situation paradoxale lorsqu’on considère qu’une compétence se manifeste par la mobilisation de connaissances en fonction du contexte (Raymond, 2006) et à travers des contextes d’une certaine complexité (Programme de formation de l’école québécoise, 2001). Par conséquent, cette limite présente dans les méthodes actuelles affaiblit le développement des compétences recherchées, car l’apprentissage des concepts musicaux s’opéreraient au hasard des pièces fournies (Comeau, 2010). Cette situation complexifie le travail du professeur qui désire construire graduellement les savoirs essentiels de l’élève en lui fournissant des expériences musicales significatives et variées, notamment à travers l’improvisation (Robidas, 2010; Azzara, 2002), la formation auditive et la lecture à vue (Harris et Crozier, 2000). Ce manque de ressources représente donc une lacune importante que l’outil didactique souhaite en partie combler.

Élaborée sous forme de fiches, cette « boîte à outils » permet aux enseignants de parcourir les savoirs essentiels véhiculés au cours de la première année d’apprentissage du piano, auprès des élèves de 4 à 10 ans. Faisant l’objet d’une classification –  (1) rythmes, (2) nuances et articulations, (3) notes et tonalité et (4) harmonie, forme et mouvement – chaque fiche cible l’apprentissage d’un savoir essentiel distinct. Le contexte d’utilisation se divise en trois temps, soit l’acquisition (en classe), la rétention (pratique personnelle à la maison et vérification en classe) et la consolidation (en classe). Ce cadre théorique permet de séquencer l’apprentissage de façon cohérente et appropriée, et ce à travers des activités de formation auditive, d’improvisation et de lecture à vue spécifiquement conçues pour construire un savoir cible.

Chercheur:

Directeur de projet :

Financement :

  • AFDU-Québec (Association des Femmes Diplômées des Universités de Québec) en partenariat avec la Faculté de musique de l’Université Laval, 2012, 1500$