Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

L’apport du chant dans l’apprentissage et la pratique de la trompette pour développer le jeu et la musicalité

NOM et prénom : 

Programme d’étude dans lequel il est réalisé :

  • Maîtrise en Musique – Didactique Instrumentale

Résumé du projet : 

L’objectif de ce projet est de réaliser un guide didactique et/ou pédagogique dans lequel l’approche par le chant serait la pierre angulaire de l’apprentissage de la trompette. Bien souvent, dans le matériel pédagogique lié à l’apprentissage de la trompette, il n’est question que du développement des aptitudes techniques et physiques du jeune trompettiste, certes importantes, mais où la place de la musique et l’expressivité est absente.

N’y aurait-il pas un moyen d’aborder toutes ces notions techniques dans un contexte musical sans pour autant créer une surcharge cognitive chez l’apprenant? Par exemple, l’un des problèmes de base d’un trompettiste débutant est l’attaque de la première note d’une phrase. Soit il la manque, soit il attaque une autre note (rappel : à la trompette, un même doigté peut réaliser plusieurs notes). Souvent, il s’agit davantage d’un problème de conception du son (cause) qui se traduit par un problème technique (conséquence).

Une des solutions pour remédier à ce problème serait de chanter pour se créer une représentation mentale du son souhaité et d’ensuite réussir à transposer ce chant sur la colonne d’air de la trompette par ce qu’on appelle la pratique du « solfège de vent ». Autrement dit, cela permettrait à l’élève d’entendre au préalable la note à produire et d’utiliser de manière plus intuitive la technique et la quantité d’air adéquate pour l’obtenir. Par extension, ce même procédé pourrait être utilisé pour étudier les différentes techniques requises pour jouer de la trompette et la musicalité.

Cette approche « globale » de l’instrument permettrait d’une part de régler de nombreux problèmes techniques sans tomber dans ce qu’on appelle « la paralysie de l’analyse », et d’autre part, d’accompagner davantage l’évolution du musicien au même rythme que celle l’instrumentiste.

Directeur et codirecteur(s) de recherche :